06 janvier 2007

L’Epi-fanée

Combien de fêtes religieuses ont été reprises et sont devenues des fêtes populaires et commerciales ?

Les commerçants et éleveurs de volailles se frottent les mains, et pas pour se réchauffer, à Noël.

Le jour de Pâques, les chocolatiers ramasse la poule aux œufs d’or pendant que les enfants cherchent ceux en chocolat.

Loin d’échapper à la règle, l’épiphanie reste pourtant un cas à part. Peu de personnes connaissent réellement le sens de cete fête. Pour nous tous, c’est l’occasion de manger la galette des rois, qu’elle soit à la frangipane ou en brioche, avec le secret espoir d’y trouver la fève.

Pourtant, la date du 6 janvier correspond à la présentation du Christ aux Rois Mages ainsi qu’à son baptême. D’où le nom de cette fête, Epiphanie signifie Apparition en grec. Rien à voir avec une galette avec une fève à l’intérieur. Cette tradition a été instaurée par les romains, qui permettait à celui qui la trouvé d’être élu roi du festin des saturnales qui célébraient Saturne, dieu de l’agriculture et du temps.

Aujourd’hui, l’épiphanie est une fête familiale, où certaines traditions sont restées. Le plus jeune de la famille décide qui prend tel ou tel part ; Celui ou celle qui trouve la fève devient le roi ou la reine, et choisit son alter-ego de l’autre sexe. Ce jour-là, les patissiers réalisent un joli chiffre d’affaires. Tout comme les producteurs de cidre, car il est de coutume d’accompagner la galette d’une bolée.

Il ne reste plus grand chose aujourd’hui des évènements d’hier. Pour l’épiphanie, tout juste le nom : galette des « rois ».

Posté par fgaytte à 20:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur L’Epi-fanée

Nouveau commentaire