13 janvier 2007

Le pétrole et le nucléaire plus forts que la religion

Mahmoud Ahmadinejad et Hugo Chavez qui s’appellent entre eux « frère » ! Etonnant…

Ce samedi, frère Mahmoud doit rencontrer frère Hugo au Vénézuela. Au programme : le pétrole, Georges, Israël, encore Georges, le nucléaire … Les deux leaders populistes de l’Iran et du Vénézuela se sont apparemment bien trouvés. Tous deux ont une haine féroce envers les Etats-Unis. Tous deux sont exportateurs de pétrole avec comme client privilégié … les Etats-Unis. Tous deux ont une croyance religieuse exacerbée comme … les Etats-Unis. Voilà le point le plus improbable de cette entente. Comment un catholique qui se signe à l’ONU et un musulman qui nie l’existence de la shoah peuvent-ils s’entendre ? La réponse se situe dans leurs autres points communs. L’entente entre ces deux « présidents » s’est faite en plusieurs étapes.

                                 

D’abord le rapprochement indirect. En septembre 2005, lors de la crise iranienne sur le nucléaire, le Vénézuela est le seul pays à avoir voté contre une résolution de l’AIEA ( Agence Internationale à l’Energie Atomique ) visant à condamner l’Iran pour violation du Traité de non prolifération nucléaire.

De rencontre en rencontre, le Vénézuela et l’Iran se sont trouvés des points communs comme le pétrole, principale source de revenus de leurs pays. Il y a quelques mois, la tournée mondiale d’Hugo Chavez avait été centré sur la question de l’or noir.

La dernière étape est paradoxalement la plus logique. Le mépris ressenti pour les Etats-Unis. L’un se sent exploité, l’autre se sent menacé. L’ennemi de mon ami est mon ennemi. Un proverbe appliqué à merveille par les deux « amis ».

Les deux pays ont décidé la création d’une société, l’IranVenzOil. Son but sera de développer des projets d’exploration et d’extraction du pétrole.

Le Vénézuela s’est montré favorable au développement nucléaire iranien. Sans doute espère-t-il un retour de baton de la part de l’Iran. Pour l’instant, Chavez n’a que peu parlé du nucléaire pour son pays. ? Il a néanmoins déclaré qu’il souhaitait développer l’énergie nucléaire avec l’aide de l’Iran. Le Vénézuela a ratifié le TNP ( Traité de Non Prolifération ). Sera-t-il influencé par l’attitude de son ami ?

Cette visite se déroule durant la tournée d’Ahmadinejad en Amérique latine. Le présidant iranien a aussi prévu de rencontrer Daniel Ortega et Rafael Correa, respectivement président du Nicaragua et de l’Equateur. Deux amis de Chavez.

                                     

L’agressivité des deux « frères » présidents vis-à-vis du reste du monde n’est pas surprenante. Mais au-delà des paroles, il y a les actes. Quand on voit la haine d’Ahmadinejad pour Israël, on ne peut que redouter l’acquisition de l’énergie nucléaire par l’un des deux pays. Surtout que le pétrole leur donne les moyens financiers pour. Et comme d’habitude, les populations seront encore les victimes de la folie de quelques-uns.

La communauté internationale devra un jour ou l’autre statuer plus sévèrement sur le nucléaire et contre de telles attitudes. Pour l’instant, c’est le statu quo. Frère Jacques, dormez-vous ?

    

 

Posté par fgaytte à 17:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Le pétrole et le nucléaire plus forts que la religion

Nouveau commentaire