18 janvier 2007

Le Front national allergique au gaz

Bruno Gollnisch a été condamné à trois mois de prison avec sursis ainsi qu'à 5 000 euros d'amende par le tribunal correctionnel de Lyon pour « délit de contestation de l'existence de crime contre l'humanitépar paroles ».

Le président du groupe d'extrême droite au Parlement européen avait déclaré en octobre 2004, lors d'une conférence de presse, qu'aucun historien sérieux n'adhérait totalement aux conclusions du procès de Nuremberg. Il avait rajouté qu'il ne niait pas l'existence des chambres à gaz, mais que la discussion sur le drame concentrationnaire devait rester libre. Ses déclarations lui ont valu, en 2005, d'être suspendu pendant 5 ans de ses fonctions d'enseignant chercheur à l'université Lyon III.


Cet épisode n'est pas sans rappeler les déboires judiciaires de Jean-Marie Le Pen. En septembre 1987, le leader d'extrême droite avait été lourdement condamné par le tribunal de grande instance de Nanterre à un franc de dommages et intérêts à verser aux parties civiles, suite à ses déclarations sur les chambres à gaz. Il avait déclaré que celles-ci n'étaient qu'un détail de la seconde guerre mondiale. Persévérant dans la provocation, Le Pen a réitéré ses propos en 1997, pour exactement la même sanction.

Jamais deux sans trois comme le dit le proverbe. Il faut donc s'attendre à ce que le probable candidat à l'élection présidentielle de 2007 récidive. Directement cette fois-ci, pas par le biais d'un de ses bras droit. Si tel était le cas, espérons que la sanction sera beaucoup plus forte.

Posté par fgaytte à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Le Front national allergique au gaz

Nouveau commentaire